Une femme peut-elle faire la bise à un homme ?

Ce sujet n'a pas vocation à crisper quiconque, mais il mérite que l'on s'y intéresse car là encore, il ne faut pas subir les choses mais rester maître de tout. Avec le Coronavirus, le Ministère de la Santé, proscrit tout contact physique pour se saluer, par mesure de précaution. Ceci a de quoi déconcerter les français, très attachés à ce rituel de salutation.





Un peu d'histoire


Dans Le Baiser premières leçons d'amour, (Éditions Autrement, 1997), le philosophe Gérald Cahen cite les trois mots distincts qu’utilisaient les Romains : osculum pour le baiser solennel, saevium pour l’acte suave et délicieux et baesium, qui tient un peu des deux (et dont le nom a donné notre “baiser” moderne).“Il s’échangeait surtout entre membres d’une même famille, avant ou après une absence prolongée”.


Le baiser se pratiquait sur la bouche dans le cadre religieux : on l’appelle le baiser de paix, mais à l'époque, ce baiser ne se fait qu'entre hommes car il se fait entre égaux, c'est donc un rituel masculin.


Aux temps bibliques, dans les sociétés orientales comme Israël par exemple, les hommes n'adressaient pas la parole aux femmes dans la rue, encore moins les toucher ou les embrasser. En revanche, les hommes entre eux s'embrassaient chaleureusement et les femmes faisaient de même entre elles. La pareille n'existait pas pour les femmes car on ne touchait pas une femme comme on touchait un homme.

A partir de la fin du Moyen-Age et début de la Renaissance, ce rituel sacré se perd un peu et le baiser devient un geste de tendresse sans engagement fort : on s'embrasse sur la joue tandis que les amants privilégient toujours le baiser sur la bouche.


Un acte réservé aux intimes


Réfléchissons un peu : dans le milieu professionnel, faites-vous la bise à votre patron (à moins qu'il ne vous y invite) ? N'est-ce pas quelque chose qui est réservée à ses proches ou à ses intimes ? Pourquoi donc accepter que de parfaits inconnus vous fassent la bise ?


De nombreuses femmes se sentent gênées par le fait de devoir faire la bise à un homme qu'elles ne connaissent pas. Après tout, la bise est quelque chose de délicat car il inclut un contact physique: une tierce personne pose sa peau ou sa bouche contre votre peau. Outre la question de l'hygiène, il y a des paramètres inconnus à l'avance, comme la réaction de l'autre, face à ce contact physique. Je dis cela car il est arrivé que dans la confusion, une bise qui devait être posée sur la joue se retrouve par mégarde aux coins des lèvres. C'est une situation bien embarrassante n'est-ce pas ? Peut-être même avez-vous déjà été victime d'une telle bévue...


Certains hommes peu scrupuleux ont su profiter de telles occasions pour mal se conduire. Il m'est arrivé de voir un frère s'attarder un peu trop près du visage d'une sœur et ne pas cacher le plaisir qu'il en avait éprouvé, profitant de l'occasion pour la caresser du regard...


Mais que dit la Bible à ce sujet ? Lorsque l'apôtre Paul recommande aux frères de se saluer par un saint baiser, il s'adressait aux hommes bien entendu, pas aux femmes que les hommes de l'époque n'embrassaient pas par respect (Romains 16:16).


De manière personnelle, j'ai pris le parti de ne pas faire la bise aux hommes que je ne connais pas, ceci afin d'éviter toute situation équivoque. Lorsqu'ils s'approchent de moi, je les devance en tendant la main. Certains sont surpris mais j'accompagne mon geste d'un grand sourire amical, afin de dissiper toute gêne car il ne faut pas leur montrer que vous les rejetez, alors que ce n'est pas le cas.


Le corps d'une femme n'appartient qu'à elle. Aucun homme n'a le droit de vous toucher sans votre accord. Tout comme il est interdit à un homme d'embrasser une femme qui n'est pas la sienne, sur le cou ou sur la gorge, même pour plaisanter. Vous avez le droit de refuser les accolades, les bises et de privilégier la poignée de main. Pas une poignée de main, flasque et sans entrain mais une poignée de main chaleureuse qui va rassurer votre interlocuteur. Et vous messieurs, si vous me lisez, vous ne devez pas mal prendre ce refus, mais respecter la sensibilité féminine à cet égard et ne pas le vivre comme un rejet ou de l'autosuffisance. Pour certaines femmes, la bise est quelque chose de très intime et le visage est une partie du corps très délicat.


Certes, nous sommes dans une société devenue tellement libre, où chacun agit comme bon lui semble, mais tout n'est peu-être pas bon à prendre et s'il faut éviter certaines situations inconvenantes ou à risques, alors n'hésitons pas une seconde. D'ailleurs les Anglo-Saxons et les Asiatiques sont ''allergiques'' à cette pratique purement ''latine''. Il nous faut donc nous adapter, selon les pays où l'on se rend.


Nous pouvons regretter le temps où pour saluer une dame, l'homme ôtait son chapeau en signe de respect, inclinait légèrement la tête ou pratiquait le baisemain ( la bouche ne touche pas la main de la dame), mais tout ceci fera l'objet d'un autre article.

En attendant, embrassez qui vous voulez...




Denis Thatcher et Nancy Reagan (1988) (source Maison Blanche)

33 vues

 Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

Femmes Chrétiennes

Pures & Vertueuses

Newsletter

 Rejoignez-nous 

  • Facebook
  • Instagram
  • Pinterest - Black Circle

@ Ecole des Femmes Chrétiennes - Tous droits réservés - 2020