Les 7 étapes d'une vraie repentance

Le péché adamique inhérent à notre chair, est déjà en soi un sujet de repentance. Les péchés de nos pères, le sont également. Il suffit de voir comment Daniel, en exil à Babylone, prit le sac et la cendre pour se repentir des péchés qui amenèrent le jugement et l’exil sur sa nation (Daniel 9). La repentance est plus que le simple regret des actes attenants au passé. C’est un profond changement intérieur, qui amène l’âme dans un gouffre salutaire.


Jean-Baptiste prêchait la repentance dans la vallée, car le fleuve de Dieu ne coule jamais en hauteur, mais descend toujours dans la vallée. Lorsque nous désirons entrer dans un processus de repentance, il est nécessaire de réunir toutes les conditions pour le faire: l’isolement est nécessaire. Pour venir à Jean, beaucoup devaient descendre dans le désert de Judée qui est signe d’ascension spirituelle. Nous ne pouvons pas entendre la voix du Seigneur au milieu du tumulte, l’esprit assailli d’occupations diverses. Dieu nous appelle à l’écart, au désert. Notons aussi que pour prêcher la repentance, Jean-Baptiste était revêtu d’un vêtement de poil de chameau, signe du dénuement volontaire de la chair. Le travail de la repentance consiste à nous dévêtir de notre méchanceté, à nous dépouiller du péché qui nous recouvre, et à nous revêtir de la justice divine.


Après la chute, Adam et Eve, se revêtirent de feuilles de figuier, mais Dieu tua un agneau et les revêtit de la peau de l’animal.

Le péché étant une offense envers Dieu, et envers lui seul, seul Dieu est capable de nous pardonner, et nous réhabiliter à ses yeux. Seule la justice divine peut couvrir notre nudité spirituelle.


Jean portait une ceinture en cuir, symbole de la vérité qui doit soutenir tout homme. Lorsque nous venons à Dieu dans la repentance, nous acceptons la vérité comme seule norme, et c’est en vertu de cela qu’elle vient distiller nos yeux, et nous amarrer à la loi de Dieu. Sans ceinture, le vêtement ne peut tenir. De même, sans la vérité, nous sommes amenés à chanceler. Lorsque nous choisissons volontairement d’humilier notre âme devant Dieu, c’est tout notre être qui participe. Plus la chair est faible et sans force en sa présence, plus l'esprit s’épanouit et amène l’âme au degré zéro de toute volonté propre. Ainsi le Saint-Esprit a tout loisir de travailler en nous, lorsque le moi est réduit à l’impuissance.

Lorsque David pécha avec Bath-Schéba, il écrivit le Psaume 51, remarquable par sa beauté et sa profondeur. Nous pouvons constater que le processus de repentance s’effectue par degrés. L’âme brisée et entachée, émerge des profondeurs ténébreuses, pour se hisser lentement aux marches du pardon, qui vont de nouveau, la baigner de lumière. Nous pouvons nous en inspirer pour entrer dans une authentique repentance en 7 étapes :


1- Le péché est d’abord jugé, c’est-à-dire reconnu pleinement devant Dieu. v.3

2- Le coupable implore le pardon de l’offense et la purification de son péché. v.9


3- L’expérience de la purification va ramener de nouveau le coupable vers la vérité. v 9


4- La joie du Saint-Esprit vient de nouveau habiter le repentant. v 13


5- Le pardon amène l’Esprit de témoignage et de service. v.15


6- Le pardon amène la reconnaissance du cœur, et l’adoration. v.16


7- Le repentant est réhabilité, et retrouve la communion avec Dieu. v 20


Si le roi David est appelé l'homme selon le coeur de Dieu (Actes 13:22), c'est parce qu'il savait profondément s'humilier et se repentir lorsque la situation l'exigeait.

N'oubliez jamais que Dieu ne veut pas que ses enfants fuient loin de lui, mais il est empressé et joyeux de les voir ''revenir à la maison'' tout comme le père dans la parabole du fils prodigue (Luc 15).


Cacher ses péchés, c'est succomber à la honte, à la culpabilité, et prendre le risque que le diable agrandisse notre plaie, mais les avouer et les délaisser c'est obtenir un pardon salutaire qui nous remet sur le droit chemin et nous conduit à la vie éternelle.



101 vues

Abonnez-vous à notre newsletter et suivez nos actualités

@ Ecole des Femmes Chrétiennes - Tous droits réservés - 2019